Message de l'association The Meal-Mies


"Les paysans et les pêcheurs sont les seuls garants de notre énergie vitale.Nous souhaitons soutenir les producteurs de notre région parce que, pour notre avenir et ceux de nos enfants, nous pensons qu’il bon de se nourrir plus sainement sur la base de produits du terroir. En effet, comme nous le savons vous et moi, Chaque fois que nous achetons un produit, nous votons pour notre avenir."



jeudi 24 novembre 2016

Article journal La Côte le 24/11/2016


 Claude Vidal, son épouse Isabelle et leur fils Noah. Avant tout, le couple se définit comme une passeur d’informations.



RÉGION - Rencontre avec le couple Vidal, engagé dans des actions solidaires et le soutien aux paysans indiens.
sophie erbrich
info@lacote.ch
Au cœur du village de Mies, Claude Vidal et son épouse Isabelle s’engagent depuis quelques années en faveur de la planète et de ses ressources. «La terre, la culture, c’est le plus important», rappellent-ils. Leur engagement s’est concrétisé tout d’abord en 2010, sur leur terrasse, où se déroulait la toute première version myarolane du repas planétaire «The Meal», rassemblant alors une dizaine de personnes. En septembre dernier, le couple Vidal a réitéré l’expérience, et ce sont cette fois 400 convives qui se sont attablés au Sorbier.
Or, la démarche du couple ne se borne ni à chapeauter l’association, ni à formuler de bonnes intentions. Car comme ils le disent eux-mêmes, «croire ne suffit pas: il faut faire. Surtout vis-à-vis des enfants». Changer ses habitudes de vie, par exemple en boudant les enseignes des multinationales, permet aux époux de rester cohérents face aux valeurs qu’ils soutiennent. Pour preuve, le réfrigérateur et congélateur familial, qui ne contient désormais plus aucune denrée industrielle de supermarché, mais uniquement des produits locaux. Les Myarolans ont parfois essuyé quelques remarques sceptiques, comme celle leur rappelant qu’ils utilisent un téléphone portable et un ordinateur, comme tout un chacun. Mais ils ne se sont pas laissés démonter: «Il ne s’agit pas de revenir à l’âge de pierre, mais de considérer les moyens actuels comme des outils, et en faire une consommation raisonnable», répondent-ils.
L’engagement du couple est-il lié à leur activité professionnelle, éducateur spécialisé pour lui, musicothérapeute pour elle, deux métiers orientés vers la relation d’aide? Chacun reconnaît avoir une sensibilité particulière pour l’autre, mais considère toutefois sa motivation comme indépendante du parcours professionnel.
«Nous nous indignons aujourd’hui face aux problèmes du monde, et nous choisissons d’utiliser cette énergie positivement, plutôt que de sombrer dans la dépression», note Isabelle Meylan-Vidal. Son époux explique vouloir quant à lui laisser aux générations futures le monde aussi beau qu’il l’a trouvé dans sa jeunesse, dans les années 1980, «les meilleures». Conscients d’être des privilégiés à l’échelle mondiale, les époux Vidal prennent soin de transmettre leurs valeurs à leur fils Noah, 9 ans.
Tous les deux ont à cœur de souligner que leur but n’est pas de convaincre, mais de susciter une responsabilisation. «La prise de conscience est quelque chose de vivant. Il s’agit d’être des passeurs d’informations.» Et d’émotions, sans doute. Car les époux ne cachent pas être émus par le charisme du militant gandhien Rajagopal P.V., dont ils soutiennent le projet depuis quelques années et qu’ils accueilleront le 28 novembre pour débattre avec les habitants de la région. «Il parle avec son cœur», souffle Claude Vidal, les yeux brillants. «Il a un dynamisme intelligent, une poigne bienveillante qui me touche», ajoute son épouse.

Une marche mondiale passera par La Côte

En ce moment, l’Inde occupe la famille Vidal. Avec en particulier la campagne Jai Jagat, impliquant plusieurs pays et dont le programme, échelonné sur 5 ans, se terminera en 2020 par une marche mondiale, de New Dehli à l’ONU, en passant par… Mies! Pour préparer le passage de cette grande marche pacifiste sur leurs terres, les époux comptent non seulement sur leur association, mais se réjouissent aussi déjà de l’enthousiasme de la Municipalité. La commune de Chavannes-des-Bois les soutient aussi, mettant gratuitement à disposition, le 28 novembre, la salle polyvalente pour la projection toute prochaine du film «Millions can walk», retraçant une marche ayant rassemblé 100 000 paysans indiens en 2012. Le but, rempli, était de militer auprès du gouvernement pour le droit des paysans à une existence digne. Le couple Vidal espère que ce film suscitera un rassemblement des énergies dans toute la région.

INFO +

Film et débat Lundi 28 novembre, salle polyvalente de Chavannes-des-Bois, projection du film militant et philosophique «Millions can walk, The March for Justice», suivie d’une conférence-débat en présence de Rajagopal P.V, militant pacifiste gandhien, ingénieur agricole et fondateur du mouvement faîtier «Ekta Parishead».
Horaire: 18h45 ouverture des portes, 19h30 projection, 21h conférence-débat, 21h30 rencontre, soupe, pain, fromages, boissons. Entrée 25 francs (adultes), 18 francs (étudiants, AVS, chômeurs). Réservation obligatoire: info.mealmies@bluewin.ch
Renseignements: https://associationthemeal-mies.blogspot.ch

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Merci Sophie pour ta plume, à travers cet article se lit toute ta sensibilité, ta belle sensibilité :)à tout bientôt
Isabelle